LIGUE pour la PROTECTION des TORTUES
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La marée noire menace un écosystème unique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rénald

avatar

Messages : 1275
Date d'inscription : 16/04/2008
Age : 58
Localisation : SUD Vaucluse

MessageSujet: La marée noire menace un écosystème unique   Mer 5 Mai - 16:29

La marée noire menace un écosystème unique

GULFPORT, Mississippi - La gigantesque marée noire qui touche le Golfe du Mexique, au sud des Etats-Unis, porte un nouveau coup dur à un écosystème unique, déjà fragilisé par des décennies d'activités humaines et de bouleversements naturels.

Vaste étendue d'eau de 1,6 million de kilomètres carrés, le Golfe abrite marais et récifs coralliens, pêcheries commerciales et de loisir et des centaines d'espèces sauvages, dont certaines sont en voie de disparition. La marée noire provoquée par l'explosion d'une plate-forme pétrolière au large de la Louisiane menace les sources d'alimentation de nombreux animaux et les marais où ils se reproduisent.

Il est trop tôt pour évaluer les dégâts que pourraient subir cet écosystème et les animaux. Trente tortues marines ont été retrouvées sur les plages du Mississippi ces derniers jours, mais des analyses réalisées sur cinq d'entre elles n'ont pas permis d'établir que le pétrole était à l'origine de leur mort.

Reste que les biologistes qui étudient les oiseaux et les poissons dans la région sont inquiets. La nappe pourrait notamment frapper Gulfport (Mississippi), qui abrite plusieurs milliers de petites sternes, un oiseau menacé d'extinction.

Jusqu'à 5000 dauphins pourraient mettre bas dans la zone de la nappe de pétrole, selon Moby Solangi, directeur de l'Institut pour les études sur les mammifères marins à Gulfport. «Durant la saison des naissances, ils vont vers des eaux moins profondes pour offrir une protection à leurs petits», explique-t-il. Et de prédire: «Les dauphins vont entrer dans la nappe par simple curiosité.»

Larry Schweiger, président de la Fédération nationale de la faune et de la flore, a fait état lundi d'un grand nombre de méduses mortes sur le rivage d'une île à l'embouchure du Mississippi. Une situation inhabituelle, selon lui, même si «on voit parfois des méduses mortes quand il y a des vents violents».

Autre motif d'inquiétude: les jeunes crevettes, qui sont un maillon essentiel de la chaîne alimentaire marine, se préparent à quitter les estuaires pour migrer vers la mer «au milieu du pétrole dérivant vers le rivage», souligne Chris Dorsett, de l'organisation Ocean Conservancy, basée à Austin, au Texas.

La tortue de Kemp, une espèce menacée d'extinction, fait son nid uniquement sur les plages du Texas et du Mexique, dans le Golfe. «Sa population entière se trouve dans le Golfe du Mexique aujourd'hui», souligne Larry Crowder, biologiste à l'université Duke. «Si les choses tournent vraiment mal» pour cette tortue marine, «elle pourrait disparaître».

Surnommé «la Méditerranée des Amériques», le Golfe est le seul endroit dans l'Atlantique Ouest où se reproduit le thon rouge. Sa partie s'étendant entre la Louisiane et la Floride constitue l'un des «habitats marins les plus variés biologiquement du pays», note Bill Hawkins, directeur du Laboratoire de recherche côtière du Golfe, à Ocean Springs.

Parmi les animaux menacés de disparition vivant dans le Golfe, on recense cinq espèces de tortues marines et sept de baleines. Les pêcheries de la région sont parmi les plus productives au monde grâce à des eaux riches en poissons et fruits de mer.

Malgré sa richesse écologique, le Golfe voit son état se dégrader depuis des années. Les rejets agricoles charriés par le Mississippi sont à l'origine d'une «zone morte» de 20 000 km2, qui se forme chaque année au large de la Louisiane et du Texas. Peu d'animaux aquatiques peuvent survivre dans ces zones, très pauvres en oxygène.

La pression de la pêche a provoqué une baisse des stocks de poissons, et le littoral perd en moyenne 65.000km2 de zones humides par an à cause de l'érosion due aux cyclones et à la construction de digues anti-inondations.

L'Administration nationale pour l'océan et l'atmosphère (NOAA) estime que les côtes de Louisiane pourraient reculer jusqu'à 53 kilomètres à l'intérieur des terres d'ici 2040 à cause de la réduction de ces zones humides, qui jouent un rôle crucial pour la reproduction et l'alimentation de nombreuses espèces marines.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tortuetetue.fr/
rénald

avatar

Messages : 1275
Date d'inscription : 16/04/2008
Age : 58
Localisation : SUD Vaucluse

MessageSujet: Re: La marée noire menace un écosystème unique   Mer 5 Mai - 16:32

Crying or Very sad
La tortue caouanne, le lamantin et le pélican brun sont très menacés par la marée noire

Sur les quelque 656 espèces que menace la marée noire dans les bayous du golfe du Mexique - 445 poissons, 134 oiseaux, 45 mammifères, 32 amphibiens et reptiles, selon le Département de la vie sauvage et des pêcheries de Louisiane -, trois sont particulièrement fragiles. La tortue caouanne, le lamantin d'Amérique du Nord et le pélican brun sont d'ores et déjà classés sur la liste des espèces en voie de disparition. Et leur dépendance à ce milieu particulier, interface entre la terre et l'océan où domine l'eau douce, est totale.

La tortue caouanne (Caretta caretta). Comme toutes les tortues marines, cette espèce carnivore, qui se nourrit de crustacés et de mollusques, recherche les plages sableuses pour pondre ses oeufs. Que ce soit par la nappe d'hydrocarbures elle-même ou par les activités humaines qui vont en découler, elle pourrait être empêchée d'atteindre la terre ferme au moment de la ponte. Les bébés tortues qui parviendront à éclore devront, quant à eux, traverser le pétrole pour regagner la mer. Un handicap d'autant plus lourd de conséquences que les femelles de la tortue caouanne, sexuellement matures vers l'âge de 10 ans, ne viennent pondre que toutes les deux ou trois saisons.

Le lamantin d'Amérique du Nord(Trichechus manatus). Cet animal herbivore figure parmi les mammifères marins les plus menacés de la planète, en raison notamment de son taux de reproduction très limité : un seul petit par portée, qui reste avec sa mère pendant un à deux ans. L'espèce concernée par la marée noire, la plus grande des trois espèces de lamantins recensées dans le monde, ne vit que dans la mer des Caraïbes et le golfe du Mexique. Se nourrissant des herbiers qui poussent en eau peu profonde, elle remonte à la surface pour s'oxygéner. Elle pourrait donc souffrir rapidement de problèmes respiratoires s'il lui faut traverser une couche d'hydrocarbures avant d'atteindre l'air libre.

Le pélican brun (Pelecanus occidentalis). Emblématique de la Louisiane, cet oiseau, qui a frôlé l'extinction il y a une quarantaine d'années du fait des pesticides et de la chasse, a été retiré en novembre 2009 de la liste des espèces en danger aux Etats-Unis. La marée noire va-t-elle l'y faire revenir ? Résident des eaux côtières chaudes, ce pêcheur risque en tout cas de voir ses ressources alimentaires mazoutées dans les semaines à venir.
Catherine Vincent le monde
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tortuetetue.fr/
rénald

avatar

Messages : 1275
Date d'inscription : 16/04/2008
Age : 58
Localisation : SUD Vaucluse

MessageSujet: Une réserve naturelle de Louisiane touchée par la marée noir   Ven 7 Mai - 16:23

Une réserve naturelle de Louisiane touchée par la marée noire

Le brut qui s’échappe depuis 18 jours dans le Golfe du Mexique a touché jeudi les côtes d’une chaîne d’îles qui font partie d’une des plus anciennes réserves naturelles des États-Unis, le Breton National Wildlife Refuge.
Pour l’instant, seule la partie la plus au nord de la chaîne, sur les îles Chandeleur, à été touchée par la pollution pétrolière. Des oiseaux, notamment des pélicans, couverts de pétrole ont été retrouvés. Une équipe de nettoyage a été envoyée sur place.
Les îles Chandeleur et Breton s’étirent au large des côtes de la Louisiane, au bout du delta du Mississipi. Elles ont été décrétées réserve naturelle nationale en 1904 et abritent plusieurs espèces d’oiseaux menacés, comme le pélican brun. Suite à la marée noire des barrières ont été déployées le long de la réserve mais elles laissaient une partie des côtes des Chandeleur sans protection.

Saisons de la reproduction et des ouragans

La faune et la flore de cette région des États-Unis a déjà été fragilisée par l’ouragan Katrina en 2005. La saison des tempêtes tropicales et des ouragans, qui commence fin mai-début juin, pourrait rendre encore plus difficile la gestion de la marée noire, en particulier les opérations de nettoyage des côtes.

Par ailleurs cette période de l’année est cruciale pour les animaux terrestres ou marins, en pleine reproduction. C’est aussi le moment où de petits passereaux remontent d’Amérique du Sud vers le Nord et sont vulnérables lorsqu’ils arrivent sur le sud des États-Unis.

Au-delà du souillage des côtes, la pollution par les hydrocarbures peut aussi avoir des effets sur la chaîne alimentaire marine dans le Golfe du Mexique et toucher un grand nombre d’espèces, requins, tortues, lamantins, poissons ou cétacés.
Enquête sur la mort de tortues

Au moins 35 tortues de Kemp ont été retrouvées ces derniers jours échouées, mortes, sur les plages de Gulfport, dans le Mississipi. Cependant les analyses menées par les services de la Marine nationale n’ont mis en évidence aucune trace de pétrole.

La tortue de Kemp, ou tortue bâtarde, est une espèce très fragile, qui ne se reproduit quasiment que sur une seule plage, au Mexique. Dans les années 90 il ne restait plus que 200 femelles venant se reproduire sur ce site, contre des dizaines de milliers dans les années 40. Les efforts de conservation ont permis de remonter la population à quelques milliers mais la tortue de Kemp est très surveillée.

C’est pour cela qu’une enquête fédérale est menée pour déterminer la cause de la mort de ces tortues marines. Les bateaux des pêcheurs de crevettes seront examinés de près: ils doivent normalement équiper leurs filets d’un dispositif permettant aux tortues de s’échapper si elles se font prendre. De très lourdes amendes punissent le non-respect de cette règlementation.

Couvercle

A 80 km des côtes de la Louisiane, là où la plateforme pétrolière Deepwater Horizon a sombré le 22 avril, des équipes de British Petroleum tentent aujourd’hui de colmater la principale fuite de brut, située à 1.500 mètres de profondeur, en descendant un énorme couvercle béton et d’acier de presque 100 tonnes. Ce dispositif, jamais testé à une telle profondeur, doit aussi permettre de récupérer le pétrole en surface via un tuyau relié à un navire.

Cécile Dumas
sciencesetavenir.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tortuetetue.fr/
rénald

avatar

Messages : 1275
Date d'inscription : 16/04/2008
Age : 58
Localisation : SUD Vaucluse

MessageSujet: Re: La marée noire menace un écosystème unique   Mar 18 Mai - 17:06

La marée noire menace des récifs de corail


LA NOUVELLE-ORLEANS (AP) — Inquiétude pour les récifs de corail du golfe du Mexique. La marée noire provoquée par l'explosion de la plate-forme Deepwater Horizon menace certains de ces fragiles écosystèmes, tout comme l'usage de dispersants chimiques contre le pétrole.

La fuite située à 80 kilomètres des côtes de Louisiane a déjà libéré des nappes sous-marines de brut dans une zone abritant des récifs, et les experts craignent maintenant que des courants n'emportent la pollution vers des barrières de corail situées au large de la Floride et du Texas.

La profondeur de la fuite (1.500 mètres) et l'utilisation de 2,1 millions de litres de produits chimiques pour disperser le pétrole ont aidé à maintenir la nappe sous la surface. Ce qui contribue à protéger les espèces vivant en surface et sur les côtes, mais augmente le risque de dommages pour les récifs situés en eau profonde, qui sont des indicateurs-clés de la santé de la mer.

"D'abord, nous nous sommes beaucoup inquiétés pour les animaux de surface comme les tortues, les baleines et les dauphins", souligne Paul Montagna, biologiste marin à l'université A&M du Texas, qui étudie les récifs du golfe. "Maintenant, nous nous inquiétons pour tout."

Dimanche, des chercheurs ont rapporté que selon des modèles informatiques la nappe a rencontré un courant qui pourrait l'emmener vers l'archipel des Keys, troisième plus longue barrière de corail au monde, à la pointe sud de la Floride. Le pétrole se trouve actuellement à la lisière ouest des "Pinnacles, une zone de récifs de 100 kilomètres de long située à 40 kilomètres au nord de l'emplacement initial de Deepwater Horizon.
Les Pinnacles avaient été pressenties pour intégrer un sanctuaire marin envisagé par l'Administration nationale américaine des océans et de l'atmosphère (NOAA) dans le golfe du Mexique. Cette zone protégée aurait permis de restreindre la pêche et l'exploitation pétrolière dans les alentours, mais le projet a été suspendu après les protestations véhémentes de parlementaires républicains, de pêcheurs et de l'industrie pétrolière.

Les nappes de pétrole sous-marines d'une quinzaine de kilomètres de long découvertes sur les lieux de la catastrophe représentent un danger sans précédent pour l'environnement des profondeurs marines, souligne Samantha Joye, professeure de sciences marines à l'université de Géorgie.

Les nappes sont grignotées par des micro-organismes à des centaines de mètres sous la surface, ce qui prive l'eau d'oxygène. "Le corail en eau profonde est abondant dans cette zone du golfe, et il a besoin d'oxygène. Sans cela, il ne peut survivre", explique Mme Joye.

L'injection massive de dispersants chimiques dans les profondeurs de la mer pourrait aider à protéger les zones humides du littoral, mais aussi provoquer des dégâts sur la vie marine, selon les experts.

En faisant couler le pétrole, les dispersants peuvent amener le brut à recouvrir des coraux et d'autres organismes des récifs, et ainsi à les étouffer, souligne Edward Van Vleet, de l'université de Floride du sud. Lorsque le pétrole dispersé est décomposé en gouttelettes plus petites, il est absorbé plus facilement par les petits organismes des récifs et peut ainsi les tuer ou les affecter, ajoute-t-il.

Des études publiées en 2005 par l'Académie américaine des sciences (NAS) ont rapporté que le mélange pétrole-dispersants pouvait endommager la reproduction de certains coraux et provoquer des malformations chez leurs larves. Les travaux avaient conclu que les autorités devaient mener des études plus approfondies avant d'utiliser de quantités massives de dispersants.

Selon les autorités, il est trop tôt pour prédire les dégâts que pourraient subir les récifs et d'autres habitats importants du golfe. A mesure que la nappe augmente, le pétrole se dirige vers d'autres récifs qui s'étendent à l'est, entre le site de la plate-forme naufragée et le Sanctuaire marin des Keys.
Si le pétrole était transporté par le courant jusqu'aux Keys, situés à plus de 700 km, il menacerait alors l'une des zones naturelles sous-marines les plus importantes des Etats-Unis, ainsi que le tourisme, un secteur-clé pour cet archipel qui attire deux millions de visiteurs par an.

Pour William Hogarth, de l'université de Floride du Sud, le courant ne devrait pas amener de pétrole sur les plages, mais il l'admet: "Nous sommes très inquiets pour les Keys." AP

lma/v224/st
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tortuetetue.fr/
rénald

avatar

Messages : 1275
Date d'inscription : 16/04/2008
Age : 58
Localisation : SUD Vaucluse

MessageSujet: 23 pélicans, 12 dauphins et 156 tortues   Jeu 20 Mai - 17:42

23 pélicans, 12 dauphins et 156 tortues

Cette marée noire est ahurissante. Un mois d’écoulement à 5000 barils par jour (minimum) et on peut encore dénombrer les pélicans mazoutés.
23 oiseaux, selon NOAA. 12 dauphins et 156 tortues.
Le nombre de tortues est plus élevé qu’à l’habitude, même si la responsable du dossier à l’administration des pêcheries assure qu’il est courant en cette saison que les tortues viennent s’échouer sur les côtes.

Tout le monde sait qu’elle est là,quelque part, dans les eaux du golfe. Elle commence à se montrer sous la forme de boulettes de goudron dans les “keys” de Floride et de mazout dans les marécages de Louisiane.

Après le “dôme” de confinement et le tube aspirant, implanté ce week-end mais manifestement pas très efficace, BP va passer à une aure initiative : le bombardement de boue. Il n’est pas clair s’il s’agit de déverser ses poubelles pour essayer de bloquer le puits ou si c’est une méthode plus raffinée.
A moins que ce ne soit qu’un passe-temps. Comme le dit depuis le début le ministre de l’intérieur Ken Salazar, il y en a pour 90 jours. Le temps que la seule méthode infaillible, le percement de puits de dérivation, puisse être mise en oeuvre.

A force de constater l’impuissance de BP, les gens finissent par avoir des idées. Le site DeepWater Horizon a ouvert une boite à suggestions. Il en a reçu environ 15.000 idées.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.tortuetetue.fr/
rénald

avatar

Messages : 1275
Date d'inscription : 16/04/2008
Age : 58
Localisation : SUD Vaucluse

MessageSujet: Davantage de tortues de mer meurent depuis la marée noire   Jeu 20 Mai - 17:46

Davantage de tortues de mer meurent depuis la marée noire
Plus de 150 tortues de mer se sont échouées mortes ou mourantes sur les côtes du golfe du Mexique depuis le début de la marée noire, un nombre inhabituellement élevé, a déclaré mardi un spécialiste de la protection animale.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Des biologistes recueillent une tortue morte sur une plage du Mississippi. Un nombre de cadavres anormalement élevé a été retrouvé depuis le début de la marée noire dans le Golfe du Mexique. (Reuters/Rick Wilking)

Les morts de tortues de mer sont en forte augmentation depuis le naufrage, le 20 avril, d'une plate-forme pétrolière de la compagnie BP et leur nombre a atteint la semaine dernière un niveau anormal, a expliqué Michael Ziccardi, directeur du Réseau de protection de la faune contaminée en Californie.

Lorsque leur nombre a dépassé cent, les responsables fédéraux de la préservation de la vie sauvage avaient estimé que le phénomène était conforme à ceux observés en cette saison.

A cette période de l'année, le nombre de tortues de mer mortes ou en mauvaise santé qui s'échouent sur les plages tend à croître. Mais 156 tortues ont été trouvées sur les côtes de Louisiane, du Mississippi, d'Alabama ou de Floride depuis le 30 avril, "un nombre plus élevé que ce à quoi on peut s'attendre", a expliqué Michael Ziccardi.

Cet expert se trouve actuellement en Louisiane, où il coordonne le travail des équipes chargées de surveiller les tortues et mammifères marins. Aucune des tortues retrouvées ne présente de symptôme de contamination au pétrole, mais en raison de leur proximité avec la marée noire, elle sont traitées comme des victimes potentielles, a ajouté Michael Ziccardi.

Des examens sont pratiqués sur 40 d'entre elles afin de vérifier si elles ont dans leur organisme des taux anormaux de produits chimiques liés à une contamination au pétrole. Les résultats seront connus dans plusieurs semaines.

Les autorités sont particulièrement attentives au bien-être des tortues de mer dans le golfe du Mexique, où vivent cinq espèces menacées de disparition. La marée noire représente un danger d'autant plus grand que la saison de la ponte arrive.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tortuetetue.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La marée noire menace un écosystème unique   

Revenir en haut Aller en bas
 
La marée noire menace un écosystème unique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marée noire américaine & tortues brûlées par BP
» 19/10/2010: 15 000 jeunes tortues sauvées de la marée noire en Floride.
» Extension de la marée noire jusqu'en Europe ? Que faire pour l'eau ?
» risque de marée noire à l'Ile de Ré
» Marée noire en Louisiane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGUE POUR LA PROTECTION DES TORTUES :: INFOS TORTUES DU MONDE-
Sauter vers: