LIGUE pour la PROTECTION des TORTUES
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 AGRIONEMYS OU TESTUDO HORSFIELDII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claudine
Admin
avatar

Messages : 2717
Date d'inscription : 22/11/2007
Localisation : PACA

MessageSujet: AGRIONEMYS OU TESTUDO HORSFIELDII   Mar 4 Déc - 14:14

Agrionemys ou Testudo horsfieldii


Résumé :

La maintenance et la reproduction de Agrionemys horsfieldii est réputée difficile.

Alain Domenge - Président de LPT - Ligue pour la Protection des Tortues, vous propose son expérience de maintenance et de reproduction en extérieur de cette espèce de tortue dans le Sud de la France.


Abstract :

Care and breeding of Russian tortoise in South East of France. These tortoises are poor survival in captivity.

Cette tortue peu farouche, toute ronde fort ressemblante à nos Testudo européennes fait l’objet d’un commerce florissant et est élevée par de nombreux herpétologues amateurs, particulièrement en Allemagne, au Royaume Uni et aux Etats Unis.

Malgré sa disponibilité, souvent sous le nom de tortue de jardin, cette tortue est très souvent victime de soins inappropriés, pelouse et arrosage venant rapidement à bout de sa rusticité.


Classification - Genre : Testudinidae.


Quelle sous genre pour cette tortue toute en rondeur comme un gros galet de rivière ! Après l’avoir considéré comme un sous genre de Testudo comportant une seule espèce Testudo horsfieldii, ses caractéristiques lui valent depuis 10 ans, d’être catalogué dans le genre unique Agrionemys dont elle est la seule représentante.

C’est l’herpétologue et systématicien GRAY qui la (re)découvre en 1884 et le DR HORSFIELD qui l’identifie comme espèce spécifique.

Malgré cette appartenance à ce genre unique, sa possible hybridation avec différents types de Testudo a été constatée. Cette tortue on la retrouve aussi sous le nom de Tortue russe même si la République de Russie ne l’accueille pas à l’état sauvage, tortue afghane, tortue à quatre doigts, tortue des steppes ou tortue d’Asie Centrale. L’Asie centrale voilà bien son territoire puisque on retrouve cette espèce de la mer Caspienne, Kazakhstan, Ouzbékistan, Iran, Pakistan et Afghanistan jusqu’en Chine et même au Népal (un dessin de 1800 fait au Népal et qui se trouve au British Museum représente une tortue Afghane).

Elle est actuellement massivement exportée à des centaines de milliers d’exemplaires depuis des « ranches » d’Ouzbékistan ou d’autres pays. Malheureusement son exportation vers l’Asie se fait à des fins « médicamenteuses ».


Caractéristiques :

Si les plaques cervicales restent longues les plaques vertébrales sont plus larges que longues ce qui lui confère une dossière toute ronde, rondeur qu’accentue son plastron aux bords arrondis principalement aux passages des pattes. Cette apparence ronde vue de dessus va disparaître en partie avec l’age.


Mais ce qui la caractérise vraiment ce sont les quatre énormes griffes (on ne peut pas parler de doigts car ils sont cachés) dont sont dotées ses pattes avants, quatre griffes également à l’arrière mais bien plus petites.

Ce sont ses énormes griffes qui lui permettent d’être un remarquable animal fouisseur. Dans la nature ses terriers peuvent atteindre plusieurs mètres de long creusés à deux mètres de profondeur.

On retrouve sur cette espèce la suture entre plaques fémorales et abdominales mais sans articulation sauf pour certains spécimens âgés.

Le plastron est fixe, bombé, peu creusé pour la tortue male et chez la tortue adulte les plaques marginales sont séparées et recourbées vers l’extérieur. La supracaudale n’est pas scindée.



On retrouve sur cette espèce onze plaques marginales.

La tête est couverte de petites plaques avec une grosse au niveau du crâne.


Le cloaque se trouve au bord de la carapace pour la femelle, en bout de queue pour le male.

La femelle est plus grosse que le male sans excéder 20 cm (15 cm chez le male). Le bec est plus épaté que chez les autres testudo.



On distingue le male de la femelle par la longueur de la queue, plus longue chez le male afin de permettre le contact sexuel, courte et épaisse chez la femelle. La queue du male souvent tenue sur le côté se prolonge après le bord de la plaque annale, jusque vers le genou. Cette queue est munie d’un clou corné moins long que chez Testudo hermani par exemple. l’arrière des cuisses possède des éperons cornés.

La découpe caudale de la plaque annale est beaucoup plus importante chez le male que chez la femelle.

La tortue vue de l’arrière fait irrésistiblement penser à un éléphant.
On remarquera le plastron très souvent uniformément sombre caractéristique des animaux qui ont besoin dans leur milieu désertique d’éliminer vers l’extérieur un maximum de chaleur corporelle.


Records :

On retrouve cette tortue à des altitudes de plus de 2000 mètres et pour des latitudes supérieures à Londres ou égales à Berlin ce qui en fait la tortue la plus septentrionale.

Cette espèce a été utilisée lors des premiers vols de satellites russes.
Dans son milieu naturel, horsfieldii peut résister sans destruction de cellules à des températures de -5 °C, des chercheurs russes recherchent dans le sang de ces tortues l’antigel à la base de cette capacité.



D’Ouzbékistan, le plus gros « producteur à l’export » de horsfieldii, la découverte des propriétés du sang de horsfieldii pour le traitement des sur expositions aux radiations, la fabrication du TT2 ne nécessitant qu’un prélèvement inoffensif pour la tortue.

Des tests montrent que horsfieldii peut endurer sans dommage une dose de radiation (40.000 Rœntgens) cinquante fois supérieure à celui que supporte l’être humain.


Sous espèces :

Chez cette espèce on retrouve trois sous espèces géographiques aux caractéristiques prononcées:

Deux sous espèces géographiques principales:

1. Tortue d’Asie Centrale (Testudo horsfieldii horsfieldii).

On la trouve de l'Iran, Afghanistan et Pakistan jusqu'au Xinjiang, (Chine). Cette sous-espèce a une carapace arrondie (jusqu'à 22 cm) avec des côtés convexes, les marginales postérieures sont légèrement évasées ou en dents-de-scie, et la couleur de fond est jaune avec quelques petites taches (marbrures) sombres. Le lobe antérieur du plastron n'est pas retroussé et est plus étroit que le lobe postérieur du plastron.

C’est cette tortue que l’on retrouve dans la plupart des animaleries.

2. Tortue du Kazakhstan (Testudo horsfieldi kazakhstanica) à la couleur marron

Répartition au Kazakhstan et au Turkménistan. Sa carapace est plus rectangulaire (jusqu'à 21 cm) et n'a des côtés que faiblement convexes, marginales postérieures évasées et au mieux, faiblement en dents-de-scie, couleur de fond jaune, "corne" ou encore vert-jaunâtre avec des taches (marbrures), points ou bandes sombres couvrant la majorité de la surface des écailles. Le lobe antérieur du plastron peut être de largeur égale à celle du lobe postérieur

Une troisième sous espèce Testudo. Horsfieldii. rustamovi : plus petite à la couleur(olivine) très proche des hermani se retrouve aux frontières de l’Iran et du Turkménistan et n’est pas officiellement reconnue. Carapace plus petite que les autres sous-espèces (jusqu'à 17 cm), arrondie avec côtés convexes, marginales postérieures en dents-de-scie, couleur de fond jaune avec taches (marbrures) sombres. La plaque antérieure du plastron est plus étroite que la plaque postérieure.

Pour schématiser lorsqu’on s’éloigne vers l’est la couleur de fond de la dossière passera du vert olive au bronze et deviendra brun foncée au Nord.
La peau du cou et des pattes reprend la couleur de la dossière



Mais l’ »industrialisation » de l’élevage de cette tortue en tant qu’animal de compagnie se fait au détriment des caractéristiques spécifiques des sous espèces.

Cette espèce vendue à l’état adulte après prélèvement dans la nature jusqu’il y a quatre cinq ans, se retrouve maintenant en animalerie à l’état de juvéniles élevées en batteries après « ranching » (ramassage et reproduction des géniteurs).


Contacts:
LPT : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Forum: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Email: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
A winner is a dreamer who never quits  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Traduction: Un vainqueur est un rêveur qui n'abandonne jamais)
Peinture sur porcelaine


Dernière édition par Tangerine le Lun 9 Mar - 7:55, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tortuetetue.fr/
Claudine
Admin
avatar

Messages : 2717
Date d'inscription : 22/11/2007
Localisation : PACA

MessageSujet: Re: AGRIONEMYS OU TESTUDO HORSFIELDII   Lun 28 Jan - 16:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

12 pages d’information sur les tortues des steppes par Alain Domenge.

Présentation de le tortue des steppes

Les différentes sous-espèces :
Agrionemys horsfieldii kazachstanica
Agrionemys horsfieldii horsfieldii
Agrionemys horsfieldii rustamovi
Agrionemys horsfieldii baluchiorum

L’élevage de la tortue des steppes

_________________
A winner is a dreamer who never quits  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Traduction: Un vainqueur est un rêveur qui n'abandonne jamais)
Peinture sur porcelaine
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tortuetetue.fr/
 
AGRIONEMYS OU TESTUDO HORSFIELDII
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hibernation Agrionemys (Testudo) horsfieldii
» Testudo horsfieldii en Alsace ?
» Agrionemys horsfieldii kazachstanica
» Agrionemys (Testudo) horsfieldii
» Presentation de ma tortue testudo horsfieldii

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGUE POUR LA PROTECTION DES TORTUES :: LES DIFFERENTES ESPECES :: Les terrestres-
Sauter vers: